Projet de vente du groupe Industeel : Une indispensable vigilance pour préserver notre souveraineté industrielle

En novembre dernier, les représentants d’ArcelorMittal ont annoncé, lors d’un comité social et économique, la vente du groupe Industeel France dans un délai de six mois. Depuis cette annonce, aucune information n’a été publiée sur ce projet de cession.

Le groupe Industeel est composé de sept entreprises dont les trois principales sont situées à Châteauneuf dans la Loire avec 300 salariés, au Creusot en Saône-et-Loire où travaillent 800 employés et en Belgique avec un site à Charleroi rassemblant plus de 1200 personnes.

Producteur d’aciers spéciaux, Industeel possède un savoir-faire reconnu dans le monde entier. Sa production concerne directement des marchés stratégiques tels que le nucléaire, l’hydroélectricité, l’automobile ou encore l’armement.

Cette potentielle cession pourrait représenter une opportunité pour l’avenir industriel du groupe Industeel. En effet, de nombreuses voix se sont élevées dans le passé pour regretter le sous-investissement chronique du groupe ArcelorMittal.

Cependant, ce projet de vente suscite logiquement des craintes chez les organisations syndicales et les salariés d’Industeel qui ne veulent pas d’un rachat par des fonds d’investissement peu soucieux de la pérennité du groupe et animés uniquement par une recherche de profits.

En cette période de crise sanitaire, économique et sociale où nous avons pris conscience de l’importance de préserver notre souveraineté industrielle et énergétique, une attention toute particulière de l’Etat semble indispensable pour la cession d’un groupe pleinement intégré à la branche de la sidérurgie française.

Ainsi, avec le sénateur de la Saône-et-Loire, Jérôme Durain, nous avons conjointement écrit à Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, pour nous assurer de l’implication totale du Gouvernement sur ce dossier.

Facebook