Projet de loi de finances rectificative : Un amendement inacceptable de la droite sénatoriale

Le 2 août, lors de l’examen du projet de loi de finances rectificative pour 2022 au Sénat, je suis intervenu pour dénoncer un amendement proposé et adopté par la droite sénatoriale, qui supprime la prime de rentrée pour les bénéficiaires de minimas sociaux.

A quelques semaines de la rentrée scolaire, cette décision va impacter plus de 4 millions de personnes en situation de précarité, qui n’auront pas les moyens de financer l’achat des fournitures scolaires pour leurs enfants. Il n’est pas acceptable et concevable de faire des économies sur le dos des enfants.

En proposant un ciblage uniquement sur les bénéficiaires de la prime d’activité (exclusivement des personnes qui travaillent), la droite sénatoriale oppose de manière inacceptable les travailleurs « précaires » et les personnes qui connaissent de grandes difficultés financières.

Cet amendement, déposé par le rapporteur, Jean-François Husson, a été murement réfléchi et a été adopté en plein milieu de la nuit par la majorité sénatoriale.

La commission mixte paritaire, qui se réunit ce soir pour trouver un compromis sur ce texte de loi, doit impérativement revenir sur cette mesure injuste et incompréhensible.

Intégralité de mon intervention :

Je vais être rapide, il est 3h30 du matin.

Je ne vais pas m’exprimer au nom de mon groupe, c’est notre chef de file qui donnera notre explication de vote. Simplement vous dire, chers collègues, que je vais voter contre ce texte, mais il y a un amendement qui est passé de manière incroyable à 1h du matin.

C’est l’amendement n°191 à l’article 6. A mon sens, c’est l’amendement le plus inique, le plus inadmissible, le plus indécent, voté ce soir. 

Vous supprimez la prime de rentrée pour les bénéficiaires des minimas sociaux. Je ne comprends pas comment on peut proposer un tel amendement. Vous pensez pénaliser les parents, mais finalement avec un tel amendement, c’est les enfants que vous allez pénaliser. 

Ils ont 500 euros de minimas sociaux, et en plus vous supprimez la prime de rentrée. Je ne comprends pas ce type d’amendement.

Mes passages dans le journal de 8h de France Inter et dans le journal de 12h30 de France Culture

Facebook