Ma rencontre avec… le nouveau directeur départemental des finances publiques, Francis Pareja

J’ai reçu le vendredi 22 octobre, à ma permanence parlementaire, le nouveau directeur départemental des finances publiques de la Loire, Monsieur Francis Pareja.

En poste dans notre département depuis le 1er juillet dernier, M. Pareja occupait précédemment les mêmes fonctions dans les Hautes-Alpes.

Nous avons principalement échangé sur sa mission autour de la mise en place du nouveau réseau des finances publiques. L’objectif annoncé de cette réorganisation est double : aller vers des services ayant des effectifs plus importants pour pouvoir assurer une production de qualité dans la durée et tendre vers une plus grande spécialisation des agents au sein de ces services.

Concrètement, cela va se traduire par une implantation physique permanente des services dans six communes du département : Roanne, Feurs, Montbrison, Saint-Etienne, Firminy et Saint-Chamond. En contrepartie, des permanences seront assurées dans un peu plus d’une vingtaine de lieux dans les Maisons France services ou les Maisons de services publics. Les particuliers auront en outre la possibilité d’y être reçus sur rendez-vous.

Un travail est d’ores et déjà en cours avec les maires de Feurs, Chazelles-sur-Lyon, Saint-Galmier et Saint-Germain-Laval, concernant le transfert des trésoreries de ces trois dernières communes vers Feurs.

Ma première inquiétude a été pour la qualité du suivi des budgets des communes par les trésoreries. Le conseil apporté par le comptable public aux élus des communes, notamment les plus petites, qui ne disposent pas de services financiers, est essentiel. En réponse, M. Pareja m’a assuré que dix postes de conseillers aux décideurs locaux seraient créés dans la Loire, dédiés aux sujets des élus, budgétaires comme fiscaux. Les communes auront toujours affaire au même conseiller, lequel viendra systématiquement sur place pour travailler avec les élus.

Quant aux particuliers, il est certain que les besoins quant aux finances publiques changent, avec le prélèvement à la source, la dématérialisation des déclarations, la suppression de la taxe d’habitation. Dans la Loire, l’accueil physique a ainsi diminué de 55%, tandis que l’accueil téléphonique augmentait de 3% et la réception de courriers électroniques de 80 % !
Pour autant, la fracture numérique est encore une réalité, en particulier en zones rurales, et il est indispensable qu’un accueil de proximité continue à être assuré dans les prochaines années. Réponse de M. Pareja : les Maisons France services permettront de répondre aux questions simples (dates butoirs par exemple), mais seront aussi le lieu pour que les particuliers puissent être reçus en rendez-vous pour leurs questions fiscales.

Facebook