Auxiliaires de vie : les premiers de tranchée ne peuvent pas être les derniers de cordée

Le Journal du Dimanche a publié, dimanche 26 avril, notre tribune « Auxiliaires de vie : les premiers de tranchée ne peuvent pas être les derniers de cordée », initiée par mes collègues le sénateur Yves Daudigny et le député Jean-Louis Bricout.

Après le rejet par le gouvernement de notre amendement au PLFR prévoyant une prime de 1 000 euros pour chaque auxiliaire de vie, il nous a paru important de redire que ce métier, déjà particulièrement éprouvant en dehors des crises sanitaires, doit être reconnu à sa juste valeur.

L’amendement déposé :

En accompagnant quotidiennement les personnes âgées et les malades à domicile, les auxiliaires de vie sont un maillon essentiel dans la prise en charge et dans l’accès au bien-être quotidien. A l’image de l’ensemble du personnel soignant, la crise sanitaire est venue profondément impacter cette profession. Le manque de matériel et la nécessité absolue de garder contact avec les patients n’ont fait qu’augmenter les risques pris par les auxiliaires de vie.

Avec mes collègues, nous demandons à nouveau au Gouvernement, que soit accordée une prime exceptionnelle de 1000 euros pour chaque auxiliaire de vie ainsi qu’une revalorisation de leur salaire pour avoir un minimum mensuel garanti.

Les auxiliaires de vie ne sont, malheureusement, pas la seule profession en manque de reconnaissance, mais elle est une de celles dont nous ne devons pas oublier l’engagement et l’humanité déployée en ces moments bien difficiles.

Comme nous l’avons affirmé à travers plusieurs de nos propositions lors du PLFR, les premiers de tranchée ne doivent pas être les derniers de cordée de cette crise sanitaire !

Lien de la tribune : https://www.lejdd.fr/Societe/tribune-auxiliaires-de-vie-les-premiers-de-tranchee-ne-peuvent-pas-etre-les-derniers-de-cordee-3964317

Facebook