Audiovisuel public : Plutôt que la suppression de la redevance, une contribution universelle et progressive

Alors que le Gouvernement s’apprête à supprimer la contribution à l’audiovisuel public (ex-redevance), nous proposons, parlementaires socialistes, la création d’une contribution plus juste et progressive pour assurer un financement pérenne et indépendant du service public audiovisuel.

La suppression de la contribution à l’audiovisuel public, mieux connue sous le nom de redevance, est une annonce aux apparences trompeuses : présentée comme une mesure de pouvoir d’achat, elle est en réalité une mesure dangereuse, qui compromettrait l’avenir de l’audiovisuel public. Le Gouvernement ne peut brandir cette décision dans l’urgence sans aucune réflexion stratégique sur l’organisation et l’avenir de l’audiovisuel public.

Plutôt que de supprimer la redevance, nous proposons de la réformer, en instituant une contribution universelle et progressive directement affectée au financement de l’audiovisuel public.

Elle permettrait d’être plus juste sur le plan fiscal, en baissant le niveau de la redevance pour 85% des foyers, et de mieux garantir la nécessaire indépendance des radios et télévisions publiques, en particulier vis-à-vis de l’État, dans l’exercice de leurs missions de service public.

Dans un contexte de guerre de l’information, de multiplication des infox virales tenant lieu de vérité, d’atteinte contre la presse et à sa liberté, partout dans le monde et jusqu’en France même, tous les modes de financement ne se valent pas quand il s’agit de garantir la liberté de l’information et l’indépendance des rédactions.

Les missions de l’audiovisuel public sont essentielles et consubstantielles des principes qui nous fondent comme démocratie libérale et comme État de droit. C’est un impératif constitutionnel sanctuarisé dans l’article 34 garantissant la liberté, le pluralisme et l’indépendance des médias.

Facebook