Soutien à nos commerces et services de proximité

Depuis l’annonce du reconfinement par le Président de la République mercredi dernier, l’incompréhension est forte concernant la fermeture uniforme de l’ensemble des commerces et services de proximité.

S’il est bien évidemment nécessaire de prendre des mesures fortes, de portée nationale, face à cette deuxième vague de l’épidémie, cette décision interroge particulièrement alors que des solutions alternatives existent.

C’est dans ce sens que nous avons écrit au Président de la République, avec le groupe des sénateurs socialistes écologistes et républicains (voir le courrier ci-joint).

Au Sénat, nous avons adopté, à l’unanimité, un amendement au projet de loi prorogeant l’état d’urgence, afin de permettre aux Préfets de donner des dérogations d’ouverture aux commerces de détails, lorsque les conditions sanitaires le permettent. J’espère que les députés suivront cette proposition de bon sens, même si le Gouvernement s’y est montré défavorable.

Lien de l’amendement : https://www.senat.fr/enseance/2020-2021/79/Amdt_83.html

Aujourd’hui, nous avons auditionné en commission des affaires économiques Alain Griset, ministre délégué auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Petites et Moyennes Entreprises, sur la situation des commerces de proximité.

Nous continuerons à interpeller le gouvernement, dans les prochains jours, sur les questions soulevées par cette décision :

  • Pourquoi les grandes surfaces peuvent-elles continuer à proposer à leurs clients les mêmes produits (hors livres), n’entrant pas dans la catégorie des produits de première nécessité, que les commerces fermés ? Comment expliquer une telle distorsion de concurrence ?
  • Les mesures de protection sont-elles vraiment mieux assurées dans les grandes surfaces que par nos petits commerçants ?
  • Même si le Gouvernement va consentir des aides conséquentes pour compenser les pertes de chiffres d’affaires, comment être certains que les nouvelles habitudes des consommateurs qui auront reporté leurs achats vers la grande distribution ou le e-commerce ne s’installeront pas dans la durée ?

Au regard du rôle central des commerces et des services de proximité dans la vitalité de nos villages et de nos quartiers, il est indispensable de rechercher et soutenir toutes les alternatives possibles au « tout fermeture », outre la pérennisation du retrait de commande et de la livraison à domicile, comme l’ouverture sur rendez-vous que proposent les CCI.

Facebook