Revalorisation des retraites agricoles

Adoptée en première lecture le 2 février 2017, la proposition de loi visant à assurer une revalorisation des pensions de retraite agricoles en France continentale et dans les outre-mer avait ensuite été mise au placard. Après un blocage de plus de trois ans par la nouvelle majorité, elle est à nouveau à l’ordre du jour.

Le constat actuel est pourtant tristement identique à celui de 2017 avec un tiers des agriculteurs qui vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Ce texte de loi, présenté par les députés communistes Huguette Bello et André Chassaigne, prévoit de revaloriser les pensions de retraites des agriculteurs retraités pour en porter le niveau minimum à 85 % du SMIC.

Examinée en deuxième lecture par la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, la proposition de loi a été sévèrement modifiée par les députés de la majorité. En effet, outre une entrée en vigueur décalée en 2022, l’instauration d’un système d’écrêtement de la pension, concernant essentiellement les agriculteurs touchant plusieurs pensions, est contraire à l’universalité nécessaire pour un tel dispositif. Aucun plafond ne doit être fixé, et les retraités actuels ne doivent pas être les oubliés de ce texte.

Ses modifications ne font que restreindre la portée d’un texte qui fait pourtant l’unanimité sur les bancs du Parlement.

Lors de son passage au Sénat, je défendrai cette proposition de loi en veillant particulièrement au respect des droits des retraités actuels et à l’universalité de cette garantie.

Facebook