Rencontre avec la section CFDT du Centre Hospitalier du Forez

Lors de la mobilisation contre la privatisation de l’EHPAD de Montbrison, le syndicat CFDT du Centre Hospitalier du Forez (CHF) m’a sollicité pour une rencontre. Au lendemain du vote du conseil de surveillance qui a cédé l’autorisation d’exercice à un autre gestionnaire, nous avons pu échanger sur le devenir du CHF. La CFDT a exprimé ses inquiétudes sur la prise en charge des résidents où l’on demande toujours plus au personnel avec moins de moyens humains et financiers. La privatisation de l’EHPAD conduirait à une forte hausse du prix de séjour avec un coût supplémentaire de 450€ mensuel. 


Je partage pleinement le point de vue de la CFDT qui se mobilise pour ne pas tomber dans un système de soins à deux vitesses. J’avais d’ailleurs interpellé directement les membres du conseil de surveillance pour qu’aucune piste ne soit écartée. Par notre mobilisation, nous avons obtenu gain de cause et le maintien d’une gestion publique de l’EHPAD de Montbrison demeure possible. Lors de nos discussions, j’ai rappelé la nécessité de conserver cette unité d’action avec les syndicats, les citoyens et les élus du territoire. En tant que Sénateur, j’avais été à l’initiative en 2018, par exemple, d’une rencontre entre le comité de défense et de soutien au CHF et le directeur de l’Agence Régionale de Santé. Plutôt que de mettre les personnes concernées devant le fait accompli, j’ai toujours privilégié le dialogue pour aller dans le sens de l’intérêt du plus grand nombre.

Sur les autres sujets évoqués, la CFDT m’a informé des risques de fermeture du pôle mère/enfant de Montbrison en cas de départ des spécialistes en obstétrique. J’ai été surpris par cette information puisque des investissements publics importants (20 millions d’euros) ont été consacrés à la rénovation complète de la maternité de Montbrison. Il est pour moi inconcevable qu’une maternité qui compte en moyenne 850 naissances par an puisse fermer. Ce serait un véritable coup de poignard pour le centre-Loire si les mamans étaient obligées de se rendre à Roanne ou Saint-Etienne pour accoucher.


Enfin, nous sommes revenus sur le projet de fermeture des urgences de nuit sur le site de Feurs du CHF. Là aussi la mobilisation de tous les acteurs ont permis de maintenir ce service essentiel rendu à la population. J’ai indiqué qu’il ne fallait pas baisser la garde et que je continuerai à être à leur côté pour garantir à nos concitoyens une égalité d’accès aux soins.  

Facebook