Petite enfance : une réforme qui inquiète les professionnels et les parents

Ce mardi, le collectif « Pas de bébés à la consigne » a appelé à une nouvelle journée de grève nationale dans tous les modes d’accueil contre un projet de réforme du secteur qui réduirait le nombre d’adultes encadrants auprès des enfants. A Saint-Etienne, où le collectif est également présent, l’appel a été relayé, comme il l’avait été déjà le 2 février dernier (voir photo).

Cette réforme, qui sera faite par voie d’ordonnances et de décret, soit en dehors de tout débat parlementaire, inquiète à juste titre les professionnels de la petite enfance, ainsi que les parents. Elle prévoit en effet une déréglementation du secteur, qui va à rebours de ce qui est préconisé par les experts et notamment par le rapport de Boris Cyrulnik sur les « 1 000 premiers jours » publié en septembre 2020.

Ainsi, avec cette réforme, un professionnel de la petite enfance serait en charge de six enfants qui ne marchent pas (au lieu de cinq actuellement, quand les préconisations des spécialistes seraient plutôt d’aller vers quatre) ou huit enfants qui marchent. Elle permettrait également d’aller vers une baisse de la superficie des lieux d’accueil, une diminution de la qualité éducative, moins de personnels qualifiés et des budgets de formation insuffisants.

Le collectif « Pas de bébés à la consigne » s’est mobilisé à nouveau pour dénoncer une privatisation rampante de l’accueil des jeunes enfants et une dégradation croissante des conditions d’accueil de ces derniers. Parents et professionnels réunis dans ce collectif demandent une meilleure prise en compte des « dix principes pour bien grandir », contenus dans la Charte nationale pour l’accueil des jeunes et enfants », ainsi que l’application des préconisations du rapport des « 1 000 premiers jours ». 

Ce mercredi, lors de la séance des questions au gouvernement, ma collègue sénatrice Michelle MEUNIER a relayé leurs préoccupations et interpellé le secrétaire d’Etat sur l’objectif réellement poursuivi avec cette réforme : « Visez-vous seulement à renforcer l’équilibre financier des entreprises de crèches privées au détriment de l’accueil de la petite enfance ? »

Facebook