Audition d’Eric Schnur, président-directeur-général de Lubrizol

Ce mardi 22 octobre, j’ai participé à l’audition d’Eric Schnur, président-directeur-général du groupe Lubrizol organisée par la commission d’enquête du Sénat dont je suis l’un des vices-président. Je vous invite à écouter mes questions et les réponses formulées par Eric Schnur.

Le détail de mon intervention :

J’ai écouté avec attention votre propos introductif, et permettez-moi de vous dire que je suis quelque peu étonné par votre quasi « optimisme » quand vous dites que les fumées et les retombées ne sont pas nocives. Sans faire de catastrophisme, nous sommes tout de même là devant une catastrophe non seulement économique pour le pays rouennais, mais également écologique pour notre pays et surtout les environs de Rouen.

Vous évoquez la toxicité aiguë, qui est maîtrisée, et vous allez indemniser tout ce qui y a trait. Mais je voudrais que vous vous prononciez clairement, aussi, sur une éventuelle toxicité chronique. Pour préparer votre audition, j’ai lu tout ce qui avait pu être écrit ou presque sur cet accident : aujourd’hui, personne n’est capable de dire s’il y aura des retombées graves pour les êtres humains. Quels sont les engagements que vous prenez, voire les mesures que vous avez déjà envisagées, pour les nappes phréatiques ? Quelles études allez-vous mener sur la faune sauvage, sur les insectes ? Les animaux migrateurs vont se déplacer et peuvent contaminer des zones bien au-delà de la région de Rouen.

Quid de l’eau utilisée par les pompiers ? Elle est bien allée quelque part ! Avez-vous envisagé de la traiter ? Suit-on son parcours ? La Seine ne passe pas très loin…

Vous faites preuve de bonne volonté, je ne le nie pas, mais il a fallu du temps, comme l’a dit ma collègue, pour obtenir des éléments probants. Si vous aviez voulu rassurer la population, certains éléments étaient faciles à mettre en œuvre, comme vérifier les filtres de ventilation mécanique contrôlée de bâtiments fermés. Avez-vous fait ces investigations rapides, hors procédure ?

Je n’ai pas de doute sur le fait que vous allez indemniser les agriculteurs qui ont dû jeter le lait de plusieurs traites dans les fosses à lisier, lesquelles devront être épandues. Imaginons que les analyses démontrent que le lait est aussi contaminé …

Sans faire de catastrophisme, mais lucidement, comment imaginez-vous accompagner la problématique future ?

La réponse d’Eric Schnur :

Les effets sanitaires sont les effets de toxicité à la fois aigus et chroniques. Jusqu’à présent, 2 000 échantillons et 1 000 résultats de ces échantillons ont confirmé l’absence d’impact sanitaire. Nous allons continuer cette surveillance et être pleinement transparents. Un plan de surveillance sanitaire et environnementale a été mis en place, pour les effets à moyen et long terme.

L’eau a été confinée et sera traitée – la Seine est concernée.

Je ne sais pas, et je m’en excuse, ce qui a été concrètement fait s’agissant des filtres de ventilation, mais l’information relative à la toxicité des produits affectés par le feu dont nous disposons a été fournie aux autorités locales. Nous sommes disposés à donner d’autres informations si on nous les demande.

Pour ce qui est des agriculteurs, nous nous sommes engagés à les soutenir à court et long terme. Nous allons continuer à faire partie de la communauté locale, à être un bon voisin.

Facebook